Amas ouvert Collinder 39 - Melotte 20

"Le saxophone"

Les amas ouverts

 

On appelle amas ouverts les petits groupes d'étoiles, essentiellement présents dans le disque de notre Galaxie, et dans celui d'autres galaxies spirales. Le terme d'amas galactiques est aussi parfois encore utilisé pour les désigner, mais il tombe en désuétude. Quant au terme d'amas irréguliers que l'on pourra trouver dans de vieux ouvrages, il est complètement abandonné. Quoi qu'il en soit, ces ensembles stellaires comportent en général quelques centaines ou quelques milliers d'étoiles liées par la gravitation et en orbite autour d'un centre de masse commun. Il pourrait exister quelque 100 000 amas ouverts dans la Voie Lactée, dont seulement 1% ont été catalogués pour l'instant.

 

Concentrées dans un espace relativement restreint (disons, dans un volume de quelques centaines d'années-lumière de diamètre, au maximum), ces étoiles sont nées au cours d'un même processus, et se dispersent très progressivement. Si bien que typiquement les amas ouverts dépassent rarement le 100 millions d'années. On en connaît cependant une poignée dont l'âge dépasse ce chiffre d'un facteur dix. M 67 (Cancer), l'un des plus vieux amas de notre Galaxie atteint même les 4 milliards d'années, et il faut supposer qu'à sa naissance, il devait s'agit d'une concentration stellaire exceptionnellement riche.

 

La brièveté de l'existence des amas ouverts signifie qu'ils contiennent nécessairement des objets jeunes. Et, bien que les amas ouverts renferment des étoiles de toutes masses, y compris des naines brunes, on y observe en premier lieu des étoiles bleues, qui sont très jeunes et lumineuses, et dont la durée de vie est au mieux de quelques dizaines de millions d'années seulement, mélangées à quelques supergéantes rouges, qui correspondent aux membres de l'amas qui ont eu l'évolution la plus rapide. Par ailleurs, comme les amas ouverts n'ont en général pas beaucoup le temps de s'éloigner de leur lieu de naissance, on les trouve souvent environnés de reliquat de gaz et de poussières provenant de la portion de nuage qui les a vu naître (par exemple, les nébulosités autour de M 7 ou des Pléiades), ou même, encore immergés dans un nuage où le processus de formation se poursuit (Trapèze d'Orion).

© 2014 par C. Carteron. Crée avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now